Lune

Merlia

Nono

Paquerettes

1ermai2012

Allumette

 

Bougie

Sac

Et alors oui la vie continue. Le temps se radoucit. Il faut en profiter. Profiter en général. Des gens qui nous aiment. Des gens qui écrivent. De prêt ou de loin. Ceux qui tendent une main. Parfois deux. Et même les bras. Et prendre tout cet amour qui vient par tonne... Même si à l'intérieur, je brûle de son absence. Même si parfois je voudrais m'arrêter sur le bord de la route. Un moment au moins. Pour pleurer. Et pleurer. Encore. On ne peut pas s'arrêter de vivre. Et puis il y a cette faculté au bonheur qui me garde. Même si c'est aujourd'hui un bonheur biaisé, déformé. J'y crois. Je veux. Alors je prends ces mains qu'on me tend. Je rends les sourires. Et parfois même j'arrive à ne plus y penser. L'instant est court. Bref. Car tout revient vite. Son absence percute. Mais certains instants arrivent même à être moins percutants. Regarder les deux frères faire les doux dingues. Ils sont beaux. Attendre l'arrivée de la petite soeur. Demain. A Paris. Espérer remplir le temps avec plein de petits plaisirs. On y arrivera ? On verra.